Édito

L’ordre sexué est toujours là !

L’ordre sexué est toujours là !

Il s’agit ici d’éclairer la réalité qu’occulte la tribune parue récemment dans Le Monde. Il s’agit aussi de rappeler le soutien que la FNCIDFF apporte aux femmes qui ont osé et osent, toujours et encore, briser le silence et pour lesquelles les associations féministes sur le terrain font, avec persévérance, un travail remarquable d’information et d’accompagnement.

Notre société est le fruit d’une histoire où la place des femmes n’était pas la même que celle des hommes, où il n’était pas donné les mêmes droits aux femmes et aux hommes, où les hommes dominaient la société et la famille, où les femmes étaient privées du droit d’étudier, de disposer d’elle-même, de décider de leur mariage et de l’administration de leurs biens, de leur salaire, de leur travail… Où les hommes s’entendaient à disposer de leurs corps.

Rappelons que de nos jours, en 2016, ce sont 109 femmes qui ont été tuées par leur partenaire ou ex-partenaire, 225 000 femmes de 18 à 75 ans qui déclarent avoir été victimes de violences physiques ou sexuelles par leur conjoint ou ex-conjoint, 93 000 femmes âgées de 18 à 75 ans qui ont déclaré avoir été victimes de viol ou de tentative de viol sur l’année. Dans le domaine professionnel, sur 87 familles de métiers, 47 sont très majoritairement masculines. Dans la famille, la part du travail domestique réalisé dans le couple par les hommes est de 135 minutes par jour contre 223 minutes par jour pour les femmes… La liste est longue et manifestement il ne s’agit pas ici de séduction ou du fait de pouvoir être séduite !

Pour sa part, la fédération des 106 CIDFF a répondu, en 2016, à plus de 940 000 demandes d’informations individuelles et reçu plus de 505 000 personnes dont plus de 60 000 femmes victimes de violences sexistes.

Les chiffres sont là, têtus, mais peut-être ne sont-ils pas suffisamment connus de toutes et de tous. L’absence de solidarité et l’inconscience, voire l’inconséquence, de quelques femmes quant aux violences réelles subies par celles qui en sont victimes ne doivent pas nous faire oublier la réalité du quotidien de milliers d’autres.

L’ordre sexué est toujours là et notre réseau contribue, chaque jour, à le déconstruire.

 

Annie Guilberteau
directrice générale de la FNCIDFF


Mot(s) clé(s)




Historique du droit des femmes

Les droits des femmes n'ont réellement commencé à évoluer en France qu'il y a quelques décennies
Lire la suite

Vu à travers le Web
Cliquez pour voir le site



Site du mois

Agir contre le harcèlement à l’école

Livres du mois

Une sélection d’ouvrages sur les domaines d’intervention du CNIDFF et des CIDFF.
Découvrir

Le CNIDFF à l’international

 

L'action du CNIDFF en Europe
et dans le Monde

Découvrir